LA DAMNATION DE FAUST

Hector Berlioz
Oper konzertant/opéra en version de concert

Résumé

Faust est un sujet inépuisable. Goethe l’a côtoyé, Schumann également dans ses «Scènes de Faust». De même, Liszt et Mahler, dans leurs oeuvres, n’ont pu saisir de cette figure que des suites de scènes et d’images emblématiques. – Le pari est-il plus aisé si, à l’instar de Berlioz, on se concentre sur la damnation de Faust? Ce qu’il y a de morcelé, de fragile et de déchiré dans le personnage apparaît aussi dans ces scènes. Sa «légende dramatique», Berlioz l’a construite à partir de fragments rassemblés d’une lecture enthousiaste du Faust de Goethe dans la traduction de Gérard de Nerval. Cette oeuvre, romantique s’il en est, renferme les éléments les plus antinomiques qui soient. La marche et la prière, une chanson à boire et un «Amen» fugué, des danses, des sérénades, un air populaire, un choeur des ombres une marche à l’abîme et une apothéose céleste: en effet, la personne qui rencontre Faust aura affaire aux puissances d’en bas et comme à celles d’en haut! Point n’est besoin d’une scène, il est permis de fermer les yeux. Les impressions auditives suffisent à faire naître les images.

Introduction à l'oeuvrev 30 minutes avant le concert.

Distribution

Direction musicale
Direction du chœur
 

Faust
Méphistophélès
Marguerite
Brander
Voix du chœur
Michaela Polkehn
Studierende der Hochschule der Künste Bern, Schweizer Opernstudio
 
deutsch
fran