Die sieben Todsünden

5. Sinfoniekonzert
5e concert symphonique

Résumé

Le choix, hybride en apparence, des œuvres du 5e concert symphonique porte entièrement la griffe de Lawrence Foster, le chef invité. La Valse de l’empereur de Johann Strauss, à l’allure prussienne et guerrière au début, passe ensuite à un tempo rapide et fougueux, recréant l’atmosphère somptueuse de la Vienne impériale. Comme une rengaine pourtant austère, le Ballet chanté «Les Sept péchés capitaux» de Kurt Weill évoque la morale hypocrite des petits bourgeois américains que Bertolt Brecht caricature dans son texte. Deux sœurs, Anna I et Anna II, doivent réunir l’argent «pour une petite maison au bord du Mississipi»: dans le prélude, une mélodie entraînante d’une sentimentalité jazzique agrémente l’idylle rêvée. Leur famille, composée uniquement de voix masculines, envoie les sœurs faire un voyage de sept ans à travers l’Amérique du Nord, chemin de tentations bibliques et de culpabilité. Weill paraphrase avec ironie les styles musicaux populaires dans l’Amérique des années 20, tels le tango, le fox-trot ou la polka. Pour couronner le concert, l’orchestre nous donne la Symphonie nº 88, pièce maîtresse s’il en est du Classicisme viennois.

Introduction à l'œuvre 30 minutes avant le concert

Programme
Johann Strauss:
Kaiserwalzer op. 437
Kurt Weill:
Die sieben Todsünden [Les Sept péchés capitaux]
Joseph Haydn:
Symphonie n° 88 sol majeur

Lieu
Bienne: Palais des Congrès

Commentaires de presse

«Dirigent Lawrence Foster machte sofort klar, wie er das Stück haben wollte: Markant und kontrastreich, aber nicht grell. Diese Gratwanderung gelang ihm wie dem Sinfonie Orchester Biel Solothurn vortrefflich.»
Peter König, Bieler Tagblatt, 21.01.2017

 

Distribution

Direction
Daniel Schreiber
 
Henning Jensen
 
Michael Mantaj
 
Christian Schmidt-Timmermann
 

Orchestre Symphonique Bienne Soleure
 
deutsch
fran